Le roi Jenson

Jenson Button est un pilote étonnant. Après avoir été l’espoir de tout un peuple, avoir subi une déchéance sportive et le désamour du public face à son compatriote Lewis Hamilton, avoir mené de main de maître sa Brawn GP au titre l’année dernière au terme d’un retour sur le devant de la scène fracassant, le voici qu’il nous surprend encore en devenant le leader du championnat 2010 au sein de l’écurie McLaren-Mercedes.

Personne ne le donnait vainqueur de sa confrontation face à la star Hamilton, son actuel coéquipier au sein de l’écurie britannique. Et pourtant, Jenson Button enchaîne les bons résultats depuis le début de la saison. Après un temps d’adaptation naturel à son nouvel environnement, le champion du monde 2009 a démontré, s’il en était encore besoin, toute l’étendu de son talent.

Il ne faut pas oublier que ce pilote a eu une carrière au plus haut sommet du sport automobile plutôt chaotique mais pas si atypique que cela. En effet, les hauts et les bas de sa vie en Formule 1 ont souvent été l’apanage des plus grands champions. Des performances telles que les ont établies les Prost, Senna ou Schumacher restent exceptionnelles. Jenson Button serait plutôt à classer dans la catégorie des champions tels James Hunt ou Kimi Raikkonen, qui ont toujours ébloui ce sport par la flamboyance de leur pilotage mais à qui il a fallu une bonne dose de persévérance pour parvenir à leur but ultime.

A la différence près que Jenson semble réussir à s’établir plus longuement dans cette spirale positive de la victoire car, après un changement d’écurie cet hiver que d’aucun qualifiait de suicidaire, il réussi encore à vaincre et à s’imposer face à un équipier plus que renommé.

Il y a sûrement une part de revanche dans cette confrontation car avant que le jeune Hamilton débarque en Formule 1, Button était considéré comme le dandy playboy des britanniques. L’arrivée du protégé de Ron Dennis en 2007 a relégué l’ancien pilote Honda dans l’ombre. Beaucoup d’observateurs diront que cela a été un bien pour un mal. Le Jenson fêtard et chérie des médias a laissé sa place à un pilote travailleur et  beaucoup moins distrait par tous les à côtés divertissants de son statut d’idole.

Du coup, lorsque la chance s’est présentée, Jenson a su la saisir avec opportunisme. De nombreux pilotes au tempérament plus faible se seraient découragés en vivant ses galères. Mais le fameux proverbe « tout vient à point à qui sait attendre » s’applique parfaitement au pilote anglais. La meilleure voiture du plateau 2009 l’a emmené, non sans une certaine fébrilité bien compréhensible, vers le titre tant convoité de champion du monde.

Jenson Button est en train de prouver à tous ceux qui doutaient de lui, qu’il a l’étoffe d’un grand champion. Un début de saison plus que convaincant devrait lui permettre de s’asseoir définitivement sur le trône ultime, autant au sein de son écurie qu’on sommet de la Formule 1.

Axel B.

3 réflexions sur “Le roi Jenson

  1. Je me suis amusé à faire un petit bilan sur RF1 de ce début de saison:

    Bilan avant Barcelone:

    Après Bahrein, les paris pouvaient sembler faciles: Ferrari et Red Bull se partageraient le combat en tête du championnat et les courses allaient être assez monotones. Les deux autres équipes du « TOP FOUR », McLaren semblant être reléguées au rôle d’opportuniste comme ce fut le cas avec Hamilton suite à l’incident de bougie de Vettel le privant notamment de la victoire. Problemes techniques aussi pour Ferrari qui a dû effectué des changements de moteurs sur ses deux monoplaces, et donc, qui n’a pas échappé à l’oeil averti: 2 écuries un cran au dessus, mais la fiabilité semble t etre très problematique. La faute à Barhein et son climat? La poussière et le sable? Simplement des erreur techniques propre à toutes premieres manches d’un championnat plutot que d’un réel probleme propre à ces écuries?

    Les 3 manches suivantes vont pourtant éclaircir la donne, prouver le contraire, et, pire, inverser le resultat puisqu’au sortir du GP de chine, ce n’est ni Alonso, ni Vettel, ni meme un des deux pilotes des ecuries Red Bull et Ferrari qui est dans le duo de tête mais Button et Rosberg, les pilotes McLaren et Mercedes.

    Red Bul, malgré sa forte domination en qualification n’a pu capitaliser cette réussite qu’à Sepang en signant, fort heureusement, le doublé avec les deux voitures partant en 1ere et 3eme position. L’arbre qui cache la forêt, car, alors que l’écurie truste les premieres lignes et les poles positions, notamment en Australie et en Chine, seul Webber n’a plus faire que 9e en Australie et 8e en Chine, Vettel lui a été bon pour un abandon sur probleme technique, et a fini 6e en Chine. Red Bull boit la tasse en course.

    Que dire de Ferrari et de ses moteurs en verre? Alonso, en 4 manches en a déjà utilisé…4, et en a déjà vu 2 partir en fumée, dont un en course, à Sépang. Seulement 4 moteurs neufs de disponible pour lui pour le restant de la saison, là où la réglementation limite le nombre à 8. L’optimisme n’est déjà plus de rigueur, et la fin de la saison et surtout celles des courses vont etre très longues chez ces 2 écuries.

    Mais que dire des autres? McLaren, Mercedes profitent allègrement non pas des miettes du coup, mais engrange, en tout cas, pour McLaren, les victoires, et Mercedes, les podiums avec un Nico Rosberg qui prend, pour l’instant du moins, le pas sur son Sextuple Champion du monde de coéquipier. Mais, là où ce situe une autre des surprises, c’est l’homme aux victoires de chez McLaren, pas moins de 2 sur 4 courses: Button! Le Champion du 2009 au style plutot décrié, ou du moins, peu encensé par ses pairs et par la presse. L’homme qui n’avait pour ainsi gagné au titre « facile » grace à une Brawn GP largement au dessus de la concurrence, et surtout, celui que l’on disait qu’il allait se faire hacher menu par son ogre d’équipier: Hamilton. 2 victoires à 0. La surprise. Cet homme prouve donc qu’il est plus que digne du titre de champion du monde qu’il a remporté en 2009.

    Mais, au delà de ce « Top Four », et les déboires des Ferrari, des Red Bull, et des podium des deux écuries « grises », un revenant fait son chemin au milieu de ces protagonistes: Renault. Bien malchanceux lors du départ de Bahrein, les observateurs avaient tout de même remarqué la performance au rendez vous des voitures, ainsi que des pilotes, de l’écurie revenue à ses couleurs mythiques noires et jaunes. Performance que l’ecurie allait pouvoir prouver dès l’Australie avec la 2e place de Kubica et désormais, sa présence récurrente à proximité du podium lors des 2 autres manches, le classant qu’à 9 point de la tête du championnat après 4 courses. Que dire de l’ouverture du score par le flamboyant Petrov, jeune rookie, premier russe en F1, qui ne se laisse impressionner ni par Hamilton, ni par Shumacher comme le prouvent ses passes d’armes.

    Barcelone arrive désormais, chaque écurie va apporter une grosse evolution à ses monoplaces comme le veut la tradition de retour sur le sol européen. Qui va sortir son épingle du jeu? Ferrari va t elle reprendre le dessus? Red Bull va t elle reussir ses courses? La nouvelle Mercedes, va t elle convenir à Shumacher, éclipsé par Rosberg? Renault, vont il décrocher et garder l’objectif de la 5e place prévu par Boullier au début de l’année? Ou vont ils réellement s’intégrer régulièrement dans les Top Teams et transformer ce Top four en Top Five et revoir leur objectifs à la hausse?

    Affaire à suive…

  2. Merci pour ce large commentaire fort intéressant Nico !
    Effectivement tu développe là avec perfection une belle analyse du début de saison.
    Mais comme le monde de la F1 a coutume de le dire, la saison va réellement débuter ce week-end en Espagne avec la première course sur le sol européen.
    Je pense qu’à la longue, Red Bull va continuer à dominer, au moins jusqu’en milieux de saison, un peu comme les Brawn la saison dernière.
    Le problème de Ferrari semble résolu puisque la FIA les autorisent à modifier leur moteur de façon mécanique (les mauvaises langues y verront là une influence de Jean Todt ?!)
    Ensuite, même si je ne le souhaite pas, je pense que Renault va vite rentrer dans le rang, au bénéfice notamment de Mercedes qui, avec les talents qu’elle possède (Brawn, Schumacher, Rosberg) ne va pas rester n si mauvaise posture…mais je vois que tout comme moi, tu es en admiration devant le jeune Petrov. Je souhaite vraiment qu’il puisse continuer à s’exprimer. La F1 à besoin de ce genre de pilotes flamboyant comme pouvaient être les Alesi, Berger ou Villeneuve dans un passé pas si lointain.
    Vivement Barcelone !!

    • Merci!

      La qualification est passée. Et on peut en déduire certains tendances:
      Red Bull est dans un autre monde, et surfe toujours sur la meme tendance en qualification depuis le début de la saison. Reste à réussir les courses.
      McLaren semble etre, en terme de performance, les premiers des autres en ayant placé ses monoplaces en haut des temps tout au long du week end.
      Ferrari n’est pas si fringante que cela malgré l’apparition du F-Duck chez eux, Alonso limite la casse en arrachant la 4e place en se glissant entre les McLaren.
      Mercedes a apporté un gros step en terme d’evolution, Step qui semble convenir désormais à Shumacher, qui devance pour la premiere fois son equipier Rosberg, et ce, depuis le début du WE. Il s’est meme permis de truster régulièrement la 3e place sur la feuille des temps des essais libres. On efface pas un tandem qui a gagné 7 titres, je parle de Brawn-Shumacher.
      Sauber aussi semble avoir gagné en compétitivité puisque Kobayashi, s’est qualifié en Q3, manche des qualification auparavant inaccessible pour l’écurie suisse.
      Renault? Rentrer dans le rang, ce n’est pas si sur. Pour autant, l’écurie n’a pas apporté d’évolution aussi significative que Mercedes, Ferrari, Sauber, mais elle maintient cependant son rang avec Kubica qui se glisse en les Ferrari et Mercedes en 7e position. Petrov, cependant, va etre contraint à une course d’attaque suite à son accident en EL3 et sa pénalité pour changement de boite de vitesse (consécutif à l’accident)

      En fait, les perdants de ce retour en Europe semblent etre les Force India. Eux qui, regulièrement 6 force du plateau et qui annoncait avoir Renault en ligne de mire n’ont pas réussi à dompter leur nouvelles evolutions telles que leur nouvel empattement à l’instar des Mercedes. Force India a décroché et s’est meme fait sortir de la Q3 par Sauber.
      On pourrait déceler aussi un autre perdant, Rosberg, qui semble rentrer dans le rang au volant d’une Mercedes « made for Shumi ».

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.