Renault doit-elle continuer en F1 ?

Équipe historique s’il en est, la nomination d’un nouveau directeur général pour le groupe Renault va rapidement poser la question de la présence de la marque française en Formule 1.

Pour les fans de sport automobile et de Formule 1, la présence de Renault dans le championnat ne souffre d’aucune contestation. S’il aura fallu attendre la fin des années 70 pour que le marque au losange saute le pas, sa présence par intermittence jusqu’à aujourd’hui aura rapporté au constructeur français pas moins de 23 titres de champion, pilotes et constructeurs/motoristes confondus.

Mais depuis son retour en 2016 en tant que constructeur à part entière et fournisseur de moteur, les résultats attendus ne sont pas encore au rendez-vous. Pire, c’est le mot « décevant » qui revient généralement lorsqu’il s’agit de faire le bilan des saisons écoulées jusqu’à là.

L’écurie de Formule 1 ne se sentait pas menacée tant que Carlos Ghosn, initiateur de sa présence dans le championnat, puis son dauphin Thierry Bolloré, étaient à la tête du groupe. Mais désormais, une nouvelle gouvernance sera en place à compter du mois de juillet prochain, représentée à sa tête par l’Italien Luca de Meo.

L’ancien Directeur de Seat a notamment fréquenté des firmes dont les histoires sont étroitement liées au sport automobile comme Audi, Toyota ou encore Fiat. Mais de Meo est avant tout un homme de marketing. Reste à savoir désormais s’il considère que la Formule 1 est une bonne vitrine pour Renault afin de redorer son image quelques peu ternie par des changements incessants de direction et la récente affaire Ghosn.

A l’heure où la voiture électrique devient le Pygmalion des constructeur automobiles, la Formule E pourrait-elle être une envie sérieuse pour Renault ? La marque française s’est pourtant mise en retrait de la discipline dès la saison 5 en laissant son partenaire Nissan s’afficher sur les monoplaces pour se concentrer sur son programme F1, sans grand succès jusqu’à présent.

Un audit important doit avoir lieux chez Renault en 2020 comme l’a récemment confirmé Clotilde Deblos l’actuelle directrice par intérim. Aucun plan stratégique ne sera mis de côté dans cette analyse approfondie et l’engagement en Formule 1 sera donc attentivement analysé.

Historiquement, la Formule 1 a besoin de la présence de constructeurs comme Renault et inversement. Mais la difficulté réside dans la performance. Une firme comme la marque française ne peut pas être dans la discipline reine du sport automobile pour faire de la figuration. Il va donc falloir que l’équipe renoue rapidement avec les podiums et le succès pour confirmer que son engagement porte un réel avantage en terme de marketing et d’image de marque. Une fois de plus et logiquement, c’est donc sur la piste que l’avenir de Renault en Formule 1 va se jouer.

L’histoire de Renault en Formule 1 :

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.