Pierre Gasly doit-il quitter la filière Red Bull ?

Depuis sa rétrogradation de Red Bull vers Toro Rosso, il semble difficile de revoir un jour Pierre Gasly dans l’écurie mère autrichienne. Ne serait-il pas temps pour le Français d’aller proposer ses talents ailleurs ?

Il aime à le répéter à qui veut bien l’entendre : Pierre Gasly loue la chance qu’il a eu d’intégrer la filière Red Bull qui lui a permis d’être là où il en est actuellement, c’est-à-dire, en Formule 1.
Sans le coup de pouce de l’entreprise autrichienne, le Rouennais n’aurait peut-être jamais accomplis son rêve de faire partie des 20 chanceux qui prennent le départ des courses sur le grille du championnat du monde.

Red Bull, une filière gagnante ?

Malgré tout, comme toute médaille, celle-ci à son revers ! Red Bull donne leur chance aux jeunes mais elle attend en retour des résultats probants très rapidement. Domaine dans lequel Pierre Gasly a pêché en début de saison, se retrouvant régulièrement et à la régulière derrière son équipier Max Verstappen. On pourra certes arguer des conditions dans lesquelles le Français a été traité à Milton Keynes ou mettre en doute l’équité prônée par Christian Horner pour ses deux pilotes. Mais le résultat est là : Gasly n’a pas convaincu ses employeurs au point de le rétrograder chez Toro Rosso, devenue l’équipe cimetière des ambitieux pilotes déchus plus qu’un véritable vivarium de jeunes talents.
Ne serait-il donc pas temps pour Pierre Gasly d’aller voir si l’herbe ne serait pas plus verte ailleurs ? Au final, peu de pilote ont réussi à s’imposer chez Red Bull et à remporter des Grands Prix. Sebastian Vettel, Daniel Ricciardo et Max Verstappen (on omettra volontairement Mark Webber qui n’était pas issu de la filière). Parmi eux, seul l’Allemand a réussi à être titré.

A côté de ça, combien de pilotes se sont brûlés les ailes en voulant prendre leur envol grâce à Red Bull ? La liste est bien longue et compte en ses rangs des pilotes talentueux comme Sébastien Buemi, Sébastien Bourdais, Jean-Eric Vergne ou encore Brendon Hartley qui se sont tous illustrés en remportant victoires et titres dans d’autres disciplines.
Mais certains pilotes badgés Red Bull ont également compris que, malgré leur talent, leur avenir était bouché au sein de l’écurie de référence et ont préféré quitter le navire avant de passer par-dessus bord.

Il n’y aura pas de place pour tout le monde…

Carlos Sainz a été le premier à comprendre qu’il ne serait jamais considéré aussi bien que son ex-équipier chez Toro Rosso, Max Verstappen. Lorsque Daniil Kvyat s’est vu perdre son baquet, c’est vers le Néerlandais que les dirigeants autrichiens se sont tournés. Le fils de l’expérimenté champion de rallye espagnol n’aura pas eu besoin des conseils de son père pour comprendre qu’il était urgent pour lui de se détacher et il n’a pas réfléchi longtemps avant d’accepter l’appel de Renault qui s’est attaché ses services en « prêt ». Une fois hors du nid, Sainz a eu les mains libres pour négocier avec d’autres équipes et se retrouve aujourd’hui être le fer de lance de McLaren là où il n’aurait été qu’un faire-valoir au côté de Verstappen chez Red Bull, si toutefois la chance lui en avait été offerte.

Être un faire-valoir, c’est sûrement le sentiment qu’a ressenti Daniel Ricciardo l’an passé lorsqu’il a lui aussi choisi de quitter Red Bull pour…rejoindre Renault ! L’Australien soupçonnait son équipe de favoriser le Néerlandais et a donc décidé de couper tous les liens qui l’unissaient à l’équipe qui l’avait soutenu jusqu’à là pour tenter sa chance ailleurs, avec plus ou moins de réussite pour le moment.

Et si tu allais voir ailleurs, Pierre ?

A la croisée des chemins, Pierre Gasly se doit de réfléchir à la question de quitter Red Bull. En prenant en compte l’épanouissement de ses prédécesseurs qui, eux, ont fait le choix de la liberté. Certes, le marché des transferts est un petit peu bloqué pour la saison à venir, mais dès 2021 et avec un changement de philosophie technique profonds pour les monoplaces, des opportunités seront réelles. A Pierre Gasly maintenant de savoir attendre, observer, se faire remarquer et sauter sur une occasion qui pourrait être en or…à titre d’exemple, Valtteri Bottas et Sebastian Vettel verront leur contrat respectif se terminer à la fin de la saison 2020.

Un tour à Monaco dans le casque de Pierre Gasly

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.