Les revenants du sport automobile

Dans le sport automobile certaines histoires dépassent le simple cadre du sport. Certains pilotes deviennent des héros. Cette fois-ci, nous allons parler de l’histoire de certains pilotes revenus après de graves blessures. Nous allons découvrir plusieurs cas de ces pilotes dont l’histoire est hors du commun, en abordant leur carrière avant leur blessure, les circonstances de leur accident et enfin le prolongement de leur présence en sport automobile.

(c) DR

Certains pilotes ont connu une brillante carrière avant leur accident. C’est le cas de l’exemple le plus connu de pilote revenu d’un terrible accident : Niki Lauda. Avant ce drame, l’Autrichien s’est fait un nom comme un pilote non seulement rapide, mais surtout intelligent sur la piste et en dehors, contrastant énormément avec les pilotes de l’époque souvent aussi rapides et agressifs en course mais largement moins bons lors de la mise au point que Lauda.

 C’est ce talent qui lui permit de passer du statut de pilote payant chez BRM à celui pilote signé par la Scuderia Ferrari. Dès sa deuxième saison chez les Rouges il devient champion du monde pour la première fois, une première pour Ferrari depuis John Surtees en 1964.

L’intersaison 1976 est marquée par le départ d’Emerson Fittipaldi de McLaren pour Copersucar, et son remplacement au sein de l’équipe britannique par James Hunt, qui fut adversaire et ami de Niki Lauda pendant plusieurs années, même avant la F1. Pendant la première partie de la saison, Lauda domine malgré une victoire de Hunt en Espagne et en France, ainsi qu’une bataille remportée par Hunt en Grande-Bretagne, mais qui fut disqualifié après le course. La course suivante sera le dernier Grand Prix à se tenir sur le légendaire Nurburgring. Sur cette piste Lauda sera le favori après avoir signé la pole la plus rapide sur ce circuit. Mais le matin de la course la pluie s’est abattue sur le circuit, une réunion fut organisée par les pilotes pour savoir s’il était bon de maintenir la course, ce qui fut le cas.

Au départ Lauda et son rival s’élancent de la première ligne, et seul Jochen Mass prend le départ en gommes pour piste sèche. Mais durant le premier tour, la piste sèche et Mass prend la tête alors que tous les autres pilotes doivent s’arrêter. Dans le chaos, Lauda ressort dans le peloton, avec tout à refaire. Durant ce tour Lauda sort de la piste dans la courbe après l’épingle, suite à une rupture de suspension, sans doute causée par les nombreuses bosses du circuit. Dans le choc le casque est arraché et le réservoir percé, ce qui conduit à un incendie.

Brett Lunger, et Colin Edwards viennent heurter la Ferrari, et feront partis, avec Harald Ertl, des pilotes qui aideront Arturo Merzario à faire sortir Lauda du brasier. Lauda marche quelques mètres avant de s’effondrer dans l’herbe. En effet l’Autrichien est grièvement blessé et a respiré pendant plusieurs minutes des fumées toxiques. Il est gravement brulé au visage. Il arrive inconscient et dans un état critique à l’hôpital, et ne reprendra connaissance qu’au bout de trois jours. Après six semaines il reprendra la piste, malgré des bandages sur le crâne et des douleurs lorsqu’il mettait son casque. Il perdra le titre après un abandon volontaire, sous la pluie torrentielle du circuit de Fuji au Japon. Il remporta le titre la saison suivante pour Ferrari puis signera chez Brabham en 1978 où il gagnera entre autre le Grand Prix de Suède avec la BT52 équipée d’un ventilateur à l’arrière. L’année suivante au Canada, durant les essais libres il rentrera aux stands et prendra immédiatement sa retraite.

En 1982 il reviendra chez Mclaren où il remportera le titre en 1984 avec seulement un demi-point d’avance sur Alain Prost. Niki deviendra ensuite directeur de sa compagnie aérienne, Niki Airlines, et plus tard consultant chez Jaguar et Mercedes où il convaincra Lewis Hamilton de signer chez Mercedes. Il meurt en mai 2019, suite à des problèmes pulmonaires.

(c) DR

Le pilote dont nous allons parler maintenant est également très connu. Il s’agit d’Alessandro Zanardi. Le pilote italien débute sa carrière en F1 chez Lotus en 1992 et marque quelques points dans une écurie devenue une équipe de fond de grille. Mais sa saison s’arrête suite à un accident dans le virage de Eau Rouge, à Spa, en 1993 au cours duquel il se blesse. L’Italien revient l’année suivante avant de partir en CART, le championnat américain de monoplace, en 1996, où il remporta plusieurs victoires et deux titres pour Chip Ganassi Racing, en 1997 et 1998. Il décide alors de revenir pour une saison chez Williams en 1998, équipe championne du monde en titre mais qui n’a plus son lustre d’antan, avant de finalement retourner en CART, jusqu’en 2001.

Lors de la manche qui se court sur le Lausitzring en Allemagne, il est en tête lorsqu’il rentre au stand à 7 tours de l’arrivée. Mais lors de la sortie des stands, il perd le contrôle de la voiture qui remonte sur l’ovale et qui est percutée violemment par Alex Tagliani. Le choc est tel que les jambes de l’Italien sont arrachées. Les secours du circuit arrivent mais remarquent que le pilote perd du sang et n’a plus de jambes. Sur le trajet jusqu’à l’hôpital son cœur s’arrête sept fois, et lorsqu’il arrive à l’hôpital, il a moins d’un litre de sang dans le corps. Il arrive malgré tout à se rester en vie, ce qui s’apparente à un véritable miracle !

En 2003, aidé par des prothèses de jambes, il remonte dans une voiture de CART, sur le circuit même de son accident et boucle les sept tours qu’il lui restait à parcourir dans cette course. Son tour le plus rapide lors de cette séance, lui aurait donné la 5ème place de la course de 2001. Cette expérience prouve qu’il n’a pas perdu son talent. Il revient en course en 2004, trois ans après son accident, dans une BMW en WTCC, dans une voiture spécialement équipée, pour pallier à son handicap. Il remporte une course en 2005 à Oschersleben, une en 2006 à Istanbul, et une à Brno en 2007.

En 2009 il annonce sa retraite après une quatrième victoire.  Dans le même temps il devient le premier amputé des deux jambes à prendre le volant d’une F1 lors d’un test privé avec BMW-Sauber. Il créer ensuite une marque de Kart, championne du monde en 2010 et 2011 avec Nyck de Vries. Par la suite il s’entraine en vélo handisport et remporte le Marathon de New York, puis décide de participer aux jeux paralympique de Londres en 2012, dont l’épreuve se déroulera à Brands Hatch. L’Italien remporte la médaille d’or en contre la montre et en course, avant de revenir en sport automobile, notamment en GT.

Il continuera dans sa lancée en 2016 en remportant l’or en 2016. En juin 2020 il est victime d’un grave accident lorsqu’il heurte un camion durant un entrainement en vélo handisport, et ne reprendra pleinement connaissance qu’en décembre de la même année avant d’entamer une lourde rééducation.

(c) DR

Dans les années 80, Johnny Herbert a également vécu un début de carrière marqué par un accident qui aurait pu mettre un terme à sa présence en sport automobile. Le pilote britannique s’est fait remarquer en Karting, puis dans les formules de promotions nationales et européennes comme la Formule 3, dans lesquels plusieurs équipes de F1 l’ont repéré. Il arrive en 1988 en Formule 3000, l’antichambre de la Formule 1 et débute très bien la saison, avec plusieurs victoires jusqu’à la course de Brands Hatch. Après l’intervention de la voiture de sécurité, lors d’un restart dans la descente, un terrible carambolage a lieu au niveau du Bridge. C’est le contact entre Johnny Herbert et Gregor Foitek. Les deux voitures heurtent le pilier en béton du pont et reviennent en piste et sont de nouveau heurtées par plusieurs autres voitures. Celle de Foitek part en tonneaux, et Herbert heurte violement une barrière de l’autre côté de la piste. Plusieurs pilotes sont blessés, Herbert le plus gravement, surtout au niveau des jambes car le premier choc a arraché l’avant de la voiture jusqu’aux genoux du pilote. Les nombreuses blessures aux niveau des jambes ont bien failli lui couter la vie, dans les jours suivants l’accident, les médecins ont hésité à l’amputer.

Une chose semblait sûre, sa carrière était finie et il ne pourrait pas remarcher avant un an… Mais c’est à la surprise générale qu’il débutera en F1 en 1989. Il avait encore de grandes difficultés à marcher et se déplaça donc en vélo pour ne pas montrer de faiblesse et ses mécaniciens étaient contraint de le porter pour qu’il rentre dans la voiture. Malgré ce handicap il finit au pied du podium pour son premier Grand Prix.

Au bout d’une saison difficile il part en F3000 japonaises, puis remporte les 24h du Mans l’année suivantes au volant de la légendaire Mazda 787B. Il retourne en F1 en 1992 chez Lotus puis en 1995 avec Benetton, comme coéquipier de Michael Schumacher, l’année du premier titre mondial de l’Allemand, et réussi à remporter trois courses. Il rejoint ensuite Sauber pour trois saisons puis Stewart, où il remporte sa dernière victoire et la seule de l’équipe dans une course folle en Allemagne. Il termine sa carrière en Malaisie sur un gros accident qui lui donnera quelques contusions. Il déclara avec humour : « J’ai commencé ma carrière en F1 en étant porté dans ma voiture, je la termine en étant porté pour en sortir ». Il continuera sa carrière en Endurance, et continue de rouler lors de démonstration.

This image is copyright free for editorial use © BMW AG

Un dernier exemple, l’un des plus récent mais aussi l’un des plus impressionnant concerne pilote polonais Robert Kubica. Il débute à dix ans en Karting avec des titres en Allemagne et en Italie quelques années plus tard. Il débute en monoplace en 2002, où il gagne le soutient de Renault. En 2005 après un titre en Formule Renault 3.5 il signe chez BMW en 2006 en remplacement de Jacques Villeneuve. Il signera un podium à Monza.

L’année suivante est marquée par un terrible accident à Montréal dont il sortira avec un léger traumatisme crânien après un choc contre le mur de béton et plusieurs tonneaux. Il sera forfait au Grand Prix suivant et sera remplacé par un certain Sébastian Vettel qui fera ses débuts dans la discipline.

Un an plus tard, au Canada il remporte son seul Grand Prix en F1. Il montera encore sur le podium à Monza avant une dernière saison difficile dans cette équipe. Il signe chez Renault l’année suivante où il décrochera un dernier podium et le dernier de la marque au Losange avant celui de Daniel Ricciardo au Nurburgring 2020. Par la même occasion il signe un près contrat pour Ferrari en 2013. Mais sa carrière sera brusquement stoppée le 6 février suite à un accident lors de la Ronde di Andora, un Rallye en Italie. Dans l’accident le rail de sécurité traverse la voiture qui tranchera sa main et le blessera au bras et à la jambe. Il faudra attendre fin 2012 pour le revoir en compétition, en rallye où il remportera le titre de WRC-2 en 2013. Il quittera le rallye en 2016 pour revenir sur circuit en participant à des courses en GT3, en WEC et en LMP1 mais sans réel sans succès.

Mais le 6 juin 2017 il est invité par Renault à des tests en Formule 1, les premier depuis son accident, avant que Williams ne lui fasse faire des tests à son tour et le signe en tant que réserviste pour 2018. L’année 2019 sera celle du retour de Kubica en F1 aux côtés du rookie Georges Russell. Il marquera un point en Allemagne, établissant le record d’attente entre deux entrées dans les points : huit ans, huit mois et quatorze jours, anciennement détenus par Lucien Bianchi. Il signe à la fin de la saison comme pilote de réserves chez Alfa Romeo, poste qu’il occupe toujours, et participe actuellement au championnat LMP2.

Ces pilotes ont vécu le pire comme le meilleur du sport automobile. Ils sont revenus en piste après des accidents souvent effroyables. Lorsqu’un est victime d’un grave accident on ne peut que lui souhaiter de suivre ces exemples, comme c’est le cas de Juan Manuel Correa qui a enfin repris le volant d’une monoplace après l’accident qui le blessa gravement aux jambes lors d’un accident en F2 en 2019 qui couta la vie à Anthoine Hubert. Ces pilotes sont des héros, des exemples de détermination, de passion et d’envie de vivre.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.