La stratégie au cœur du spectacle

Les éternels critiques qui affublent la Formule 1 d’un caractère ennuyeux lors de certains Grands Prix ne cesseront peut-être jamais de le faire. Mais ceux qui ont jugé cette dernière course en Espagne inintéressante, se trompent lourdement.

Photo by Peter Fox/Getty Images // Getty Images / Red Bull Content Pool

De tout temps, la Formule 1 a été un sport où la stratégie a eu une importance cruciale, voir même prépondérante selon les situations.

Il serait fastidieux de pointer toutes les victoires acquises grâce à l’intelligence d’une équipe ou d’un pilote dans le jeu stratégique face à ses adversaires.

L’édition 2021 du Grand Prix d’Espagne démontre cependant à elle seule que les dépassements en piste ne sont pas le seul intérêt de la course automobile et de la Formule . Fort heureusement d’ailleurs car certaines pistes, à l’image de celle de Barcelone, ne favorisent pas les passes d’armes roue contre roue et les manœuvres exceptionnelles – même si Lance Stroll et Pierre Gasly ont pu prouver le contraire dimanche dernier durant la course.

Le week-end dernier, Lewis Hamilton et Max Verstappen nous ont offert une des plus belles courses de ses dernières années sur le circuit de Catalogne en rendant indécis jusque dans les derniers tours l’issue du Grand Prix.

Face au Néerlandais, très agressif au départ et au rythme effréné durant la course, le champion du monde britannique a dû user, avec son équipe, de toute son intelligence pour se donner les moyens d’avoir un avantage suffisant pour doubler son adversaire.

Mercedes devait-elle profiter de l’arrêt au stand raté de Verstappen pour faire rentrer Hamilton ? Ce dernier pouvait-il s’arrêter une deuxième fois, plus tard dans la course pour chausser des gommes tendres ?

La stratégie décalée à deux arrêts, avec un nouveau train de gommes médiums, qui n’était à priori par privilégiée au départ de la course, a donc été choisie, permettant ainsi au champion du monde en titre d’avoir un capital pneumatiques plus important que le pilote Red Bull, et favorisant un dépassement assez facile à quelques tours de l’arrivée, alors qu’il butait sur son rival pendant la première partie de la course, dans l’impossibilité de la dépasser malgré le bénéfice du DRS.

Et les stratégies auraient pu être encore plus finement choisies si les seconds pilotes, Valtteri Bottas et Sergio Pérez, avaient eu le talent de se mêler à la lutte en tête

L’agressivité de Verstappen au départ et sa ténacité durant toute la course, le rythme d’enfer d’Hamilton après son second arrêt et son dépassement autoritaire sur son rival à quelques boucles de l’arrivée, le tout combiné à l’indécision des stratégies de deux équipes de pointe, ont offert un spectacle haletant pour ce Grand Prix, bien loin des critiques des observateurs ennuyés par la course.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.