Le Sim Racing

Le Sim Racing (Simulation Racing) prend de plus en plus d’ampleur dans le domaine du sport automobile. Il consiste à faire des courses automobiles virtuelles sur ordinateur ou sur console. Ce genre de jeux, qui existe depuis des dizaines d’années, profite de toutes les avancées technologiques du moment. Avec l’annulation de nombreuses courses du championnat de Formule 1 en 2020 à cause de la pandémie de Covid-19, le nombre d’adeptes du Sim Racing a fortement augmenté.

LANDO RIG

Le principe

Le Sim Racing est la pratique de courses de voitures (ou autres véhicules) en utilisant des logiciels. Le support de jeu peut être un ordinateur ou une console de jeu. La conception de ces jeux est d’être le plus proche possible de la réalité. Les premiers jeux sont apparus il y a une trentaine d’années. Les parcours et les véhicules reflètent le plus souvent les circuits ou pistes existants. Il est possible de jouer avec un matériel simple comme une console ou un PC et un jeu de course ou simulation de course. Les jeux coûtant en général moins de 80 euros. Il est aussi possible d’augmenter l’investissement avec un ordinateur plus puissant, un volant, un pédalier, un châssis, un siège de course voir même avec une tenue complète de pilote.

Des séries de jeux en évolution

Dès le début des années 2000 des simulations plus réalistes ont commencé à apparaître comme la séries des GP avec la licence officielle de la F1. D’une version à l’autre, la plupart des jeux ne subissent pas de refonte totale. Les concepteurs procèdent à des améliorations. La série GP sortie en 2003, continuait de se voir rajouter du contenu régulièrement jusqu’en 2015 pour le version GP4. A la même époque, Rfactor 1 et Nascar Racing 2003 sortent et furent eux aussi très appréciés. Rfactor a été utilisé jusqu’à ce que Rfactor 2 le remplace et Nascar Racing 2003 a encore du contenu ajouté, 17 ans après.

Des références en terme de Sim Racing

Mais le début des années 2000 est marqué par l’arrivée de deux séries de jeux très populaires et qui continuent encore de nos jours : GranTourismo et Forza Motorsport. Ces jeux sont considérés à l’heure actuelle comme des portes d’entrée vers la simulation et sont mi- arcade, mi- simulation. Ils ne sont donc pas trop exigeants en terme de pilotage mais assez aboutis pour commencer à avoir quelques sensations. L’année 2009 est marquée en Sim Racing par la mise en place de la plus grande plateforme de simulation au monde :  Iracing. Cette simulation est toujours utilisée et l’est même plus que jamais. Elle est à l’heure actuelle l’une des plus précise.

Les circuits sont scannés grâce à des relevés laser pris depuis un hélicoptère. L’interface est un site internet à laquelle on accède grâce à un abonnement. Le jeu ne proposait jusqu’en 2019 que des courses en ligne et des entraînements. Il faut acheter chaque voiture, circuit, réglage avec de l’argent réel. Il propose aujourd’hui de faire des entrainements contre des IA.

2009 voit également revenir la License de la F1 grâce au studio Codemasters, créateur des séries « Colin Mcrae : Dirt » et « Race Driver : Grid ». Séries qui continuent encore aujourd’hui. Durant les années suivantes les séries de simulations ont continué de s’imposer dans le monde des jeux vidéo.

Un monde de compétitions

En 2013 une des premières grandes compétitions de Sim Racing a été créée : la GT académie sur GranTourismo 5. Elle permet à son vainqueur de participer à une course en GT3 au volant d’une Nissan GT-R de dernière Génération. Le championnat officiel de GranTourismo reste une porte d’entrée vers le « réel » comme le montre le champion du monde 2019 de ce jeu Igor Fraga. Ce dernier a intégrer en 2020 l’écurie Charouz en F3. Il ne s’est pas montré ridicule lors de courses réelles face à des pilotes issus des formules de promotions en F3 internationale.

En 2015 le concurrent de GranTourismo, ForzaMotorsport est utilisé pour les LeMansEsport.  D’autres séries de simulations sont apparues dans les années 2010 comme Project cars ou Assetto Corsa, créées par les mêmes développeurs que certains simulateurs d’équipes de F1 qui leur servent à préparer les Grands Prix. Aujourd’hui on retrouve beaucoup de championnats sur des simulations ou des jeux mi- arcade, mi- simulation. Il y a les GT World Tour sur GranTourismo Sport, le Forza Racing sur ForzaMotorsport, les F1 E-Sport Series, et de nombreux championnats sur Iracing ou Rfactor 2.

Un essor très récent

2020 est vraiment une année particulière pour le Sim Racing. Durant la longue pause qui nous a privé de courses réelles, les pilotes professionnels ont pu affronter des Sim racers dans des championnats virtuels. Le championnat de F1 a eu lieu sur F1 2019. Il s’est soldé par le titre de Georges Russell. Il a cependant été très critiqué pour le style de pilotage très agressif des pilotes et l’absence de pénalités.

Le Championnat de Formula E a eu Lieux sur Rfactor 2 à but caritatif pour l’UNICEF. Il a été remporté par un ancien pilote de F1 Stoffel Vandorne.  Mais il a surtout été marqué par l’affaire impliquant Daniel Abt. Lors de la course de Berlin, le pilote allemand de chez Audi a coupé sa caméra durant toute la course et a piloté de façon différente. Le belge Stoffel Vandorne a trouvé tout cela étrange et après enquête, la Fomula E s’est rendue compte que Daniel Abt ne jouait pas et ne se trouvait même pas chez lui. Il avait demandé à un Sim racer de piloter à sa place. Il a été suspendu pour la course suivante par le Formule E et a dû verser 10 000 euros à l’UNICEF. Audi choisira même de le renvoyer suite à cet incident.

C’est aux Etats-Unis que le Sim Racing a été utilisé de la manière la plus surprenante. Les courses officielles de l’Indycar, de la Nascar et de Supercars qui ont eu lieux sur Iracing. Ces championnats virtuels ont été télédiffusés comme les championnats réels. Le championnat d’Indycar a vu la participation de Lando Norris en plus de tous les pilotes officiels de l’Indycar. La dernière course, à Indianapolis a connu une polémique entre Lando Norris et Simon Pagenaud. Norris et Pagenaud se sont accrochés alors que Pagenaud jouait le titre et par la suite Norris alors leader s’accroche avec Pagenaud alors retardataire.

Le championnat de Nascar lui a été dominé par Denny Hamlin et William Byron. Les courses respectaient le système de segments et ont permis de voir les jeunes pilotes aux avant-postes. Mais encore une fois une polémique a éclaté, impliquant Kyle Larson. Le pilote de la Chip Gannassi Racing a été renvoyé de son équipe et suspendu de la Nascar pour insulte raciale durant la course de Monza.

Une popularité en hausse

Tous ces évènements ont mis en lumière le Sim Racing le rendant de plus en plus populaire. Et l’apothéose de tout cela était les 24heures du Mans virtuelles. Une couverture TV par France TV, des pilotes réels de tous les championnats, des Sim racers de toutes les simulations. : Greger Huttu 5 fois champion du monde de F1 sur Iracing, David Toniza champion des F1 esports etc.

On y a vu tout ce qui faisait le Sim Racing : de la compétition acharnée, du système D comme par exemple le changement de sièges de Simon Pagenaud pendant la course, des problèmes de serveur ou des bugs également. Certains pilotes, Sim racers expérimentés, profitent même volontairement du comportement informatique des véhicules, aussi appelé la physique du jeu.

Le Sim Racing va continuer de se développer, de se démocratiser, et de se légitimer. Il nous permet de modifier tous les paramètres imaginables du jeu sur les véhicules, leur comportement en course et l’environnement. Nous pouvons avoir des conditions choisies pour une course, comme la météo, réduire les turbulences ou augmenter l’aspiration, ou faire des tests par toutes conditions. Même si certains événements comme les Grands Prix virtuels on fait débat sur le comportement de certains pilotes, le Sim Racing reste cependant très complet et plutôt abordable financièrement.

Si vous voulez vous faire une bonne idée de ce qu’est le Sim Racing au plus proche de la réalité, regardez des vidéos de professionnels où amateur sur Iracing, Assetto Corsa, ou les grands championnats que sont le GT World Tour ou les F1 EsportSeries. Si vous préférez les courses plus farfelues et la détente regardez des championnats amateurs sur F1, GranTourismo ou ForzaMotorsport. Vous ne serez pas déçus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.